mercredi 31 mars 2010

lundi 29 mars 2010

jeudi 18 mars 2010

SORTIE BD : "BRAQUAGES & BRAS CASSES"

Salut à tous!

Vu que l'on n'est jamais aussi bien servi que par soi-même, je tenais à vous annoncer la sortie en librairies de l'album BD "Braquages & Bras Cassés", dans la Collection Contre-Jour des éditions de "La Boîte à bulles".

Dessiné par Georges Van Linthout et scénarisé par moi-même, ce polar de 100 pages ravira tous les amateurs de BD noire et d'histoires de gangsters. A noter aussi que l'action se déroule à Liège et que les décors sont directement inspirés de lieux réels. Vous retrouverez d'ailleurs en fin d'album un petit dossier avec quelques photos de documentation.


Pour plus d'infos, rendez-vous sur le blog de la BD qui a fêté sa première année d'existence hier.

dimanche 14 mars 2010

normal_mouche

La p'tite phrase

  qui fait mouche !

 

 

"(…) avec une discipline militaire, le retour à des valeurs - inculquées c'est vrai de gré ou de force - je crois que ces jeunes seront peut-être récupérés quelques années plus tard."

A. De Decker (MR), prônant la création de centres militarisés pour jeunes délinquants… ou le Président du Sénat à mi-chemin entre Pascal, le grand frère et Nicolas Sarkozy, “le grand nettoyeur de banlieues”…!

 

jeudi 11 mars 2010

Saez vs. la publicité

En début de semaine, le chanteur français Damien Saez était sur le plateau de l'émission culturelle de France 3 "Ce soir (ou jamais!)" présenté par Frédéric Taddeï. Mini-événement pour les fans puisque Saez se prête difficilement au jeu de la promo. Surtout depuis qu'il a quitté sa major pour travailler en indépendant, "pour que ses chansons ne deviennent pas des sonneries de portables" (sic)...

Pourtant, alors que son nouvel album sort fin du mois, Saez n'était pas là pour se mettre en avant, lui et sa musique. L'auteur-compositeur-interprète - au gilet que n'aurait pas renié Kurt Cobain - était sur le plateau pour dénoncer la censure de la pochette de son album intitulé "J'accuse". Représentant une femme nue dans une caddie, les affiches promotionnelles du disque ont été censurées par la régie publicitaire chargée de diffuser la publicité dans les métros français. La photo présenterait une image dégradante de la femme. Plus étonnant, l'affiche, purement littéraire, qui a remplacé la photo initiale fut elle aussi interdite.


Les deux affiches censurées.

Lors de l'émission télévisée, Saez a expliqué que le but de sa pochette n'était évidemment pas de donner de la femme une image dégradante, mais bien de dénoncer la société de consommation où l'humain est une marchandise et dont le monde de la pub fait l'apologie. Ce qui semble assez clair, surtout avec le titre de l'album dans le coin droit de l'affiche... D'ailleurs, les avis donnés dans l'émission ont été assez unanimes sur la clarté du message de la photo. Nous vivons aujourd'hui dans un monde de l'image, bombardé en permanence de pubs, et où le public est parfaitement capable de "lire" correctement toute image qui lui est proposée.

Alors, pourquoi cette censure ? Et pourquoi censurer la deuxième affiche qui ne présente aucun message dégradant pour qui que ce soit? A cela, Saez répond simplement que sa pochette ne dérange pas tellement le public, mais surtout le monde de la publicité qui pourrait se sentir directement visé par la critique de Saez. La régie aurait donc préféré ménager la susceptibilité de ses autres clients (les grandes marques) en censurant un "petit" client un peu trop provocateur. Si l'argument fait un peu "théorie du complot" avec les "grands méchants publicitaires" face au "gentil petit artiste", il est difficile de ne pas y adhérer quand on sait que la deuxième affiche fut elle aussi censurée, alors qu'elle ne présente plus rien de dégradant pour qui que ce soit.

Saez profite-t-il de l'aubaine pour faire parler de lui et son nouvel album? Ou s'agit-il d'un artiste engagé et authentique qui pose un regard critique sur le monde actuel? Quelle que soit la réponse, derrière ce "scandale", se cache une question qui touche à l'essence même de la démocratie. Celle de la liberté d'expression face au pouvoir de censure que possèdent désormais de grands groupes industriels ou financiers, pour qui la société de consommation est la condition pour exister.

Pour conclure, je vous laisse avec un extrait de l'émission dont il a été question dans cet article. Un constat sur notre société, écrit et déclamé par Saez. Vous pourrez aussi retrouver des extraits plus longs du débat sur Youtube.

video

lundi 8 mars 2010

La journée de la femme

Bonne fête à toutes les femmes (et n’oubliez pas de souhaiter bonne fête à votre mari/ compagnon les 364 autres jours de l’année !) !!

En ce beau jour, je voudrais vous faire partager quelques extraits du « Guide Pratique de la Femme », écrit par Gisèle d’Assailly et publié en 1958.

D’abord, deux passages du premier chapitre, « Le bonheur en ménage » :

« Soyez propre et soignée. Madame, attention ! la vie commune est une des causes les plus fréquentes de lassitude sinon de désunion. […] Un homme amoureux est charmé par une coiffure à la diable, une odeur de peau assez accentuée, un certain désordre. Très vite, il souffre d’un bouton non recousu, d’une chemise mal repassée, d’une femme négligée. Cela commence insidieusement. Il dira un beau soir : « Chérie, tu n’es pas bien coiffée » ou bien « ta blouse a une tache » ou « tes souliers sont sales ». Peu à peu il ne dira plus rien, mais n’en pensera pas moins. Un jour, il admirera la femme pimpante et parfumée qui dîne à côté de lui, qui passe dans la rue, ou plus simplement encore l’épouse de son meilleur ami… » (13)

« Soyez prête à sortir. Le métier de femme est parfois un dur métier… Il exige un grand courage, sinon une très bonne santé. En effet, une épouse judicieuse doit suivre partout son mari. Même si elle est dolente, fatiguée, elle utilisera toute son énergie pour se maquiller, s’habiller et sortir. Par contre si c’est le mari qui est fatigué et dolent, elle ne l’obligera pas à la conduire au cinéma ou au théâtre. Elle ne bougera pas de la maison pour le dorloter. Elle songera, pour se consoler, qu’autrefois, les femmes étaient considérées comme des vieilles dames à trente ans… Aujourd’hui elles sont indépendantes, elles ont leur mot à dire sur tout… parfois trop d’ailleurs ! Cela demande des sacrifices en compensation. » (19)



Et pour terminer, les douze commandement pour être un mari ou une femme parfaite.

Les douze commandements de la femme parfaite

Un seul Dieu tu adoreras
Ton mari simplement

Humeur égale conserveras
Dans l’intimité spécialement.

Ses manies tu flatteras
Sa gourmandise particulièrement.

Bigoudis et crème grasse tu éviteras
Matin et soir également.

Maison accueillante tu auras
Pour les invités imprévus mêmement.

Toujours à la maison tu seras
Quand ton mari rentre inopinément.

Jamais tu ne pleurnicheras
Même sous reproches véhéments.

Toujours prête à sortir tu seras
Même si fatiguée tu te sens.

L’accompagneras tant que pourras
En voyage tout spécialement.

Lectures nocturnes pratiqueras
S’il les aime également.

Repos hebdomadaire observeras
En le laissant au lit douillettement.

Jolis mensonges ne feras
Qu’à bon escient naturellement.
Les douze commandements du parfait mari

 Autorité sur ta femme garderas
Sans en faire une esclave cependant.

Souvent la complimenteras
Sur son visage et son comportement.

Toilettes neuves remarqueras
Si elle les sort à bon escient.

Attention tu auras
Mais pas seulement au jour de l’An.

Ses petits désirs satisferas
Sans la faire attendre trop longtemps.

Cuisine d’autrui n’apprécieras
Plus que chez toi systématiquement.

Lire ton journal éviteras
A table avec elle spécialement.

Trop de reproches ne lui feras
En public tout particulièrement.

Humeur charmante arboreras
Pas au dehors exclusivement.

Sans cesse ne geindras
Si tu ne souffres réellement.

Le cigare éviteras
Dans sa chambre à coucher spécialement.

D’autres femmes ne t’occuperas
Que loin d’elle seulement (et encore !)


Je vous laisse sur ces bons conseils pour une parfaite harmonie dans votre couple!


-Mc Bouille-

vendredi 5 mars 2010

STAGES DE BD - STIBANE

Stibane, que vous retrouvez chaque mercredi et dimanche sur “the Van Report” au travers des brèves drôlissimes et efficaces d’“On nous veut du mal”, vous invite à suivre un stage de BD (8/10 séances). Un accompagnement à la réalisation de votre propre BD.

Au programme?

  • Méthode de narration, scénario, découpage de Méthode de narration, scénario, découpage de l'histoire, création des personnages.
  • Réalisation de la BD du crayonné à l'encrage définitif.
  • Colorisation par Photoshop.

 

STIB1 STIB2 STIB3

STIB4

 

EXPOSITION EN FIN DE STAGE

  • Dates : Jeudis 22 et 29 avril, 6 et 13 mai; lundis 17 et 31 mai; jeudis 3, 10, 17 et 24 juin. De 17 à 20 h.
  • Prix : 25 € la séance.

Renseignements et inscriptions : Stibane 0496 10 79 28 - stibane@voo.be

www.atelierdemarguerite.be - info@atelierdemarguerite.be

Rue Chaussée, 6 - 4910 Theux (tél. 0475 96 04 61)